Je me souviens

Scroll down for the English section of this post.

Il y a un bon moment que je n’ai écrit un billet en français; c’est le sujet qui m’y amène.

Ce Noël, Edmund m’a donné un livre, Hélène’s World: Hélène Desportes of Seventeenth-Century Quebec, centré sur la première personne de souche française à naître en Amérique (ou du moins, la première qui ne soit pas morte durant sa petite enfance).

Je l’ai mentionné à ma mère et la conversation a vite tourné vers le sujet de la généalogie.  Elle a récemment développé un intérêt pour ce sujet et même suivi un cours. Comme j’ai toujours été intéressée par le sujet, elle a partagé avec moi les notes qu’elle avait assemblé sur les lignées de son grand-père paternel et ses grands-parents maternels.

J’ai jeté un coup d’oeil sur les outils disponibles pour organiser l’information et choisi un logiciel libre, Gramps, qui peut être utilisé sur diverses plate-formes (Windos, Mac OSX, Linux). Ayant déjà les lignées paternelles pour trois de mes arrière-grands-parents, j’ai commencé à remonter les lignées maternelles.

Autrefois la généalogie populaire consistait principalement à retracer un nom de famille, traçant presque toujours la lignée paternelle. Mais ce n’est pas ce qui m’intéresse: je veux connaître les vies de mes ancêtres, apprendre leurs histoires et les reconnaître comme personnes réelles plutôt que comme listes de noms et de dates.

Il y a tant de ressources électroniques disponibles de nos jours, archive numérisées, documents historiques, banques de données en ligne, arbres de famille, sites de recherche et bien plus, que la généalogie amateure est complètement transformée. J’ai rapidement trouvé une forêt d’ancêtres jusqu’à douze ou même quatorze générations en arrière.

En suivant les miettes de pain

Au Québec, la plupart d’entre nous avons grandi avec le sentiment que nous sommes “nés pour un petit pain”,  du petit peuple, des gens profondément ordinaires. Environ trois-quarts de la population peut retracer au moins une partie de ses ancêtres parmi quelques millers de colons arrivés de France entre le début du 17e siècle et la fin du 18e siècle, des gens venus pour travailler dur à défricher la terre et pour produire autant d’enfants que possible.

Mais la colonisation a fait du Québec un territoire formidable pour les généalogistes amateurs: les actes des naissances, baptêmes, mariages, et sépultures furent gardés dans les archives paroissiales catholiques. À l’âge électronique, ces archives ont été compilées, transférées sur microfilm et plus tard numérisées, indexées, et rendues disponibles sous forme de banques de données. En même temps, de nouveaux logiciels et plate-formes internet ont permis aux généalogistes académiques, professionnels et amateurs de retracer leurs arbres de familles et de partager librement l’information.

Je n’ai qu’à réunir l’information disponible et à l’organiser. Je n’ai pas trouvé encore un seul nobliau parmi mes antécédents, rien de plus raréfié que quelques bourgeois; nous sommes de robustes paysans. Il y a une certaine ironie dans le fait qu’il soit (relativement) si facile de retracer mon arbre de famille précisément parce que nous sommes de ce petit peuple.

Je procède méthodiquement, en commençant par les lignées paternelles déjà identifiées dans les notes de ma mère et complétant les lignées maternelles une à une. J’ai fini cette phase pour la lignée du père de mon grand-père maternel, comme le montre l’arc le plus complet au haut de l’illustration. Les marches d’escalier qu’on voit sur les autres arcs sont celles que je remonte.

À date, j’ai trouvé treize Filles du Roy et une dizaine de soldats servant dans six compagnies du régiment de Carignan-Salières. La majorité de ceux qui ont immigré de France arrivaient de Normandie ou encore du Poitou. Il y a des notaires, tailleurs, maçons, sage-femmes, soldats, cultivateurs, ouvriers, et même des bons-à-rien.

Hélène Desportes, sujet du livre qu’Edmund m’a offert pour Noël, est ma dixième arrière-grand-mère du côté de mon grand-père maternel. Et la première femme exécutée pour meurtre en Nouvelle France, Gillette Banne, est ma neuvième arrière-grand-mère du côté de ma grand-mère maternelle.

Michel Mathieu Brunet, mon huitième arrière-grand-père du côté de mon grand-père maternel, fut explorateur avec de multiples expéditions vers les Grands Lacs, y compris à Détroit (Illinois), Mission Saint-Ignace (Michilimackinac, Michigan) et la Baie des Puants (Green Bay, Wisconsin). Mais d’autres sont nés, se sont mariés, ont vécu toute leur vie et sont morts dans le même petit village.

En remontant onze générations je trouve des ancêtres communs avec Hillary Rodham Clinton. C’est “seulement” neuf générations pour un ancêtre commun avec Angelina Jolie, et huit pour Mario Lemieux ou Gilles et Jacques Villeneuve.

J’ai aussi rencontré dans quelques cas de multiples lignes de parenté entre un ancêtre et moi, mais rien qui ne soit plus proche que cinq générations entre les croisements.

À mesure que j’avance dans ma recherche, j’ai l’intention de partager ici les histoires les plus intéressantes et les outils les plus utiles.


I remember

(Here is the English version.) “Je me souviens” is the official motto of the province of Quebec, Canada. It translates literally into “I remember.” 

Edmund gave me this book for Christmas: Hélène’s World: Hélène Desportes of Seventeenth-Century Quebec, by Susan McNelley.  It’s about the first woman of French stock to be born in Nouvelle France (and to survive to leave posterity.) When I mentioned it to mom, she told me about the interest she had recently developed for genealogy and sent me copies of what she had gathered so far.

I got excited, installed the Open Source genealogy program Gramps (usable with Windows, Mac OSX, and Linux), and started raiding online databases. Since I already had the direct family name lines for my three of my great-grandparents, I started tracking the maternal lines.

Traditionally, building one’s family tree consisted principally of tracing a family name, almost always the male line. But family names are not what I’m interested in: I want to know about my ancestors’ lives, learn their stories, and meet them as real persons rather than just lists of names and dates.

So much has become available nowadays: scanned or transcribed historical documents, digitized archives, online databases, research sites and more, so that amateur genealogy has been completely transformed. I’m able to find almost every ancestor up to 12 generations before me (10th great grandparents) and some up to 14 generations (12th great grands), into the late 16th century.

Following Breadcrumbs

Most of us who grew up in Quebec internalized a feeling that we are little people, profoundly ordinary and even insignificant people. About 75% of the population can trace at least its some of its ancestors back to a few thousand French colonists between the early 17th and the mid-18th centuries, people who came to Nouvelle France to work hard turning forests into farms and to produce as many children as possible.

But this colonization process made Quebec a great place for genealogists: baptism, marriage and burial records were mostly kept by catholic parishes and in the electronic age, a lot of records have been transferred to microfilm and later digitized, indexed, and made available as powerful databases. Meanwhile, new software and online platforms have allowed academic, professional, and amateur genealogists to trace and easily share entire family trees.

I just have to piece the info together and organise it. I have yet to find even a minor noble among my ancestors, nothing more rarefied than small bourgeois; we are of robust peasant stock. There is a certain irony in the fact that it is so (relatively) easy to trace my family tree precisely because we are little people.

I’m working methodically, starting with the paternal lines already identified in my mother’s notes and completing the maternal lines one by one. I’ve finished with the ancestors of my paternal grandfather’s own father, as shown by the most complete arc at the top in the image above. The stair-like steps on the other arcs are the ones I’m filling in.

To date, I have found direct lineage to  thirteen Filles du Roy (wards of the king) and a dozen soldiers in six different companies of the Carignan-Salières regiment. Most of the French colonists came from Normandy or Poitou. There are attorneys, tailors, masons, midwives, soldiers, farmers, laborers, and even wastrels.

Hélène Desportes, the topic of the book Edmund gave me for Christmas, is my tenth great-grandmother on my maternal grandfather’s side. And the first woman to be executed for murder in Nouvelle France, Gillette Banne, is my ninth great-grandmother on my maternal grandmother’s side.

Michel Mathieu Brunet, my eighth great-grandfather on my maternal grandfather’s side, was an explorer travelling with multiple expeditions to the Great Lakes including to Détroit (Illinois), Mission Saint-Ignace (Michilimackinac, Michigan), and the Baie des Puants (Green Bay, Wisconsin). Others were born, married, lived their entire lives, and died in the same small village.

Going back eleven generations I have common ancestors with Hillary Rodham Clinton. It’s “only” nine générations for a common ancestor with Angelina Jolie, and eight for one with hockey star Mario Lemieux or Formula 1 champions Gilles and Jacques Villeneuve.

I also found a few cases of multiple lines of relationship between an ancestor and me, but nothing closer than five generations between cross-connections.

As I progress in this research, I plan to share stories and tools here.

One thought on “Je me souviens

  1. Nothing wrong with robustes paysans. Je fais partie de la même souche générale moi-même, à ce que je sache. Mon grand-père a fait des recherches que j’ai certainement quelque part dans ses papiers, mais je ne me suis jamais penchée sur les détails. Maybe one day…

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s